GREFFE RÉPARATRICE / CONSTRUCTRICE

Les blessures à la tête peuvent toucher le cuir chevelu, les sourcils, la barbe et détruire les follicules qui s’y trouvent. Les zones blessées peuvent donc être dépourvues de cheveux ou de poils après la cicatrisation, on parle alors d’alopécie cicatricielle.

Alopécie cicatricielle : perte de cheveux causée par une blessure

Parmi les blessures les plus courantes touchant le cuir chevelu et la pilosité du visage, on compte les accidents automobiles, la tôle froissée et le verre des vitrages automobile pouvant causer des blessures étendues. Certains se sont blessés à la tête durant l’enfance et en portent les cicatrices durant le reste de leur vie. Parmi les incidents de type trauma pouvant causer la perte de cheveux, de poils ou de sourcils, on compte les blessures sportives, les accidents industriels et les violences physiques. La chirurgie, notamment la neurochirurgie, peut nécessiter une voie d’accès par le crâne, ce qui peut endommager les follicules de cheveux et laisser des cicatrices.

Les brûlures peuvent aussi causer des cicatrices profondes et étendues. Les brûlures thermiques peuvent se produire lors d’une exposition directe au feu, au contact de substances chaudes telles que le métal, l’eau ou autre liquides bouillants. Les brûlures chimiques sont causées par l’exposition de la peau à des substances corrosives telles que les acides ou les solutions nettoyantes. Les brûlures par irradiation sont quant à elle le résultat d’une exposition à un rayonnement x ou gamma.

Demandez l’avis d’un médecin expert en greffe capillaire et recevez votre diagnostic / devis gratuite

Lundi – Vendredi 9:00 – 16h:00
Samedi 9:00 – 13:00
Résidence Nessma Medical, Avenue de la feuille d’érable, Berges du Lac 2

Reconstruction capillaire : est-ce une option viable pour les zones pileuses cicatrisées ?

Lorsqu’une brûlure, un trauma ou une opération détruit les follicules de cheveux ou pileux d’une zone donnée, les cheveux, ou poils, n’y repoussent pas. Lorsqu’une cicatrice au niveau de la tête est de petite taille, il est parfois possible de la dissimuler en coiffant les cheveux à cet effet. Cependant, la taille et l’emplacement de certaines cicatrices peuvent les rendre impossible à cacher.

Dans la majorité des cas, la greffe de cheveux FUE est une option efficace pour traiter les zones pileuses cicatrisées et dégarnies à la suite d’un accident. Malgré le fait que la greffe de cheveux soit moins efficace sur des zones pileuses cicatrisées que sur des zones intactes, il est tout de même possible d’obtenir de très bons résultats en veillant à ce que l’examen de la zone à traiter soit minutieux et que les facteurs pouvant impacter la faisabilité et le résultat de la greffe. Parmi ces facteurs, on compte :

  • La vascularisation dans la zone cicatrisée : les follicules ont besoin d’un approvisionnement sanguin pour pouvoir survivre après avoir été transplantés et les vaisseaux sanguins peuvent avoir été détruits ou endommagés par la blessure, d’où l’importance d’évaluer la disposition des vaisseaux sanguin et leur vitalité avant d’établir un plan opératoire.
  • L’épaisseur de la peau dans la zone de traitement : les cicatrices hypertrophiques peuvent limiter l’accès aux vaisseaux sanguins sous-jacents tandis que les cicatrices atrophiques peuvent être trop fines pour abriter les follicules. Certaines techniques ont été mises au point pour gérer ces types de tissus cicatriciels, il revient au chirurgien de déterminer si celles-ci sont en mesure d’offrir un bon résultat.
  • Les maladies inflammatoires chroniques du cuir chevelu : celles-ci peuvent causer l’alopécie cicatricielle (lupus érythémateux, scléroderme localisé, lichen plan). Il est déconseillé de pratiquer une greffe de cheveux tant que ce type de pathologie est active.